fbpx

Est-ce qu’il vous arrive de ne pas faire quelque chose (une activité, une sortie, un projet…) parce que vous n’avez pas le temps, que vous ne savez pas comment faire ou que vous avez le sentiment de ne pas en être capable ?  Et pourtant, ça pourrait vous faire avancer et peut-être même vous plaire de le faire.
Par exemple, une sortie avec des amis à laquelle on dit non parce qu’on est fatigué et on se retrouve à glander sur le canapé et se coucher tard ; l’anniversaire qu’on n’organise pas parce qu’on ne sait pas cuisiner et qu’on a horreur de planifier, ou ce travail qui nous plait mais auquel on n’ose pas postuler parce que « de toute façon on ne l’aura pas ».  Parfois, on décide de passer à côté de de bons moments, de nouveaux apprentissages ou de changements décisifs consciemment, par paresse ou par peur de ne pas être à la hauteur. Est-ce que ça vous arrive à vous aussi ?
Eh bien si c’est le cas, j’aimerais introduire une idée totalement décomplexante dans vos vies. Et si vous décidiez de « mal faire les choses » ? D’être dans l’action même si vous ne savez pas comment faire en acceptant que ce ne soit pas parfait ou réussi, au risque de vous planter.

La peur de l’échec

Personnellement, j’ai passé beaucoup de temps à me mettre une pression d’enfer pour essayer d’être parfaite dans tout ce que j’entreprenais : au boulot avoir une promotion rapidement, avoir une maison bien décorée et toujours rangée, bien m’habiller, être mince, être une maman présente et exemplaire à tout moment, etc. Tout ça sans vraiment me poser la question de ce qui m’importait vraiment. Pourtant, ce perfectionnisme a eu et a encore parfois des impacts négatifs dans ma vie :

1 : il est humainement impossible d’être parfaite et c’est un état très subjectif. Je ne connais personne qui ne se trompe jamais et est bon dans tout ce qu’il fait. Et qu’est-ce que la perfection? Celle que notre société nous impose comme diktat? Je courais donc vers un objectif irréaliste.

2 : d’avoir des standards si élevés me stressait et me rendait inflexible, j’étais moins agréable à vivre pour moi-même et pour mon entourage.

3 : j’ai souvent privilégié ma zone de confort, l’univers que je maîtrise par peur du changement et de l’échec.

Il y a quelques années, en vivant à New York, j’ai découvert une chose incroyable qu’on ne nous apprend pas à l’école en France : l’échec est un apprentissage et nous rapproche du succès.

Je me souviendrai toujours de mon colocataire américain Taylor, pour qui tout était possible, même les idées les plus folles. Il était tour à tour réalisateur de films documentaires, fondateur d’une ONG au Rwanda, étudiant de Yale, new-yorkais fauché, amoureux fou d’une femme qui l’avait quitté… Depuis, son ONG s’est développée, il a traversé l’Afrique pour réaliser plusieurs films, s’est marié et a fondé une famille avec l’amour de sa vie (la même femme qui l’avait quitté). Le voir vivre m’a appris que les personnes qui réussissent ce qu’elles entreprennent sont celles qui essayent le plus et échouent le plus jusqu’à connaître un succès. Puis, elles échouent et échouent encore ou alors on pourrait dire elles apprennent et apprennent encore jusqu’à réussir une nouvelle fois.
A votre avis, comment les personnes que vous admirez ont-elles accompli de belles choses ? Je pense à Oprah Winfrey,  Frida Kahlo, Chimamanda Ngozi Adichie et beaucoup d’autres femmes. Tout leur a toujours souri ? Tout était facile ? Elles ne se sont jamais trompé ? Je vous laisse y réfléchir !
Depuis que j’ai réalisé tout ça, mes perspectives se sont élargies de façon phénoménales. L’échec n’est plus un drame ou une honte, mais un apprentissage. J’ai décidé d’appliquer à ma vie un principe que certains d’entre vous auront peut-être envie d’essayer : j’agis « no matter what » (en anglais, « quoiqu’il arrive ») et tant pis si je le fais mal.

« No matter what », qu’est-ce que ça veut dire ?

Alors, par exemple c’est :
Inviter ses copains à la maison même quand on pas le temps ou l’envie de cuisiner et ça même si notre amie a concocté un délicieux boeuf bourguignon la dernière fois. Tant pis, on commande des pizzas et on profite d’un super moment ensemble.
Fabriquer un costume de renard à son fils pour la kermesse de l’école même si on n’a pas le temps ni les compétences pour le faire. Un morceau de feutre, une paire de ciseaux et une agrafeuse, et hop, un costume improvisé en 10 minutes ! Il n’a pas gagné le concours du plus beau costume mais il était heureux !
Lancer un blog même si on ne connais rien à la création de communauté ni au e-marketing. On se forme au fur et à mesure.

Qu’est-ce qu’on y gagne?

La satisfaction que les choses soient faites, rappelez-vous que « le mieux est l’ennemi du bien ». Mieux vaut faire quelque chose de façon aléatoire que de ne rien faire.
L’apprentissage et la découverte. On s’ouvre à de nouvelles perspectives, et peut-être découvrira-t-on des talents jusque-là inexplorés ?
Le dépassement de soi, se prouver qu’on en est capable même si le résultat est imparfait.
S’accepter comme on est, avec nos défauts, notre ignorance et nos compétences à développer.
Eviter la procrastination en privilégiant l’action. C’est bon pour le corps et l’esprit.

JE VEUX ESSAYER, PAR OÙ COMMENCER ?

Je vous suggère d’aborder l’idée par un premier exercice, un premier petit pas. Pensez à ce que vous ne feriez pas normalement parce que vous n’avez pas le temps ou que vous ne savez pas comment faire. Et dès que l’occasion se présente, essayez !
Ça pourrait être de cuisiner une recette ultra simple pour quelqu’un qui ne le fait jamais, d’accepter un dîner en semaine même si votre emploi du temps est chargé pour quelqu’un qui sort peu, d’aller courir 10 minutes et non pas 30 comme vous aimeriez pouvoir le faire. 10 minutes, c’est mieux que 0. Osez vous lancer !

BONJOUR

Je m'appelle Jenny.
Je suis life coach et maman de deux enfants.
J’accompagne les working mums à concilier
la carrière de leur rêve
et leur vie de famille avec sérénité et sans culpabilité.
Je vous aide à franchir les obstacles qui vous bloquent avec bienveillance.

Comments

  • Oudi
    14 mars 2018

    J’adore tes articles ! Continue ma belle c’est super bravo !
    Merci pour tes conseils et t sincérité 🙂

    reply
  • Chammas
    14 mars 2018

    Trop vrai ton article!
    Tu m as donné le coup de pouce pour me lancer sur une grande toile ! Le challenge est lancé
    Merci ma belle
    Marylou

    reply
    • 14 mars 2018

      Bravo Marylou! Super challenge 💪🏼👏! Allez l’artiste!

      reply
  • Anna
    14 mars 2018

    Merci de nous inspirer et nous booster ma belle. Tes newsletters sont super intéressantes et motivantes.
    Je les attends avec impatience chaque mercredi!
    Merci!

    reply
  • Hélène Corseau
    15 mars 2018

    Après un tri très salvateur dans mes affaires, me voici en train d’oser faire plein de projet. En 1) les cours de chant, hier je me suis dis : “je me lance”, depuis le temps que je me trouvais de mauvaises excuses pour ne pas le faire. En 2) Commencez à penser sérieusement à ma reconversion professionnelle, après tout, tout est possible! Ce let motive donne vraiment des ailes! Merci de nous rappeler que le bonheur est vraiment à porté de mains et qu’il suffit de pas grand chose pour l’atteindre.

    reply

COMMENTER: