Coupable

Vous avez été nombreuses à m’interroger sur le sujet de la culpabilité. Alors je démarre ce challenge des 30 jours avec une mini-série d’articles sur ce sujet.

 

Les pensées reviennent en boucle par défaut « j’ai élevé la voix, je n’aurais pas du », « je suis rentrée trop tard le soir cette semaine », « je devrais jouer davantage avec mes enfants »… Toutes ces phrases que vous vous répétez, ces pensées par défaut, nourrissent un sentiment de culpabilité.

LA CULPABILITE EST UNE EMOTION

Si on en croit la définition du Larousse, la culpabilité est un «sentiment de faute ressenti par une personne qu’elle soit réelle ou imaginaire».

 

Elle nait des pensées que vous avez au sujet de votre comportement. Souvent c’est un comportement dont vous êtes peu fière, que vous considérez être mauvais, être une faute. Tous les « je n’aurais pas du… », « je ne devrais pas »…

LE FILTRE MORAL D’INTERPRETATION

Vous pouvez décider que vos pensées sont justifiées par des raisons morales et accepter la culpabilité qui vient avec.

 

Par exemple, vous estimez peut-être que vous ne devez pas frapper vos enfants, tromper votre partenaire dans le mariage ou mentir à votre entourage. Ce sont des choix moraux que vous faites lié aux valeurs que vous souhaitez entretenir. Et quand vous ne suivez pas ces valeurs, vous accueillez cette émotion comme une conséquence logique.

UN FILTRE PAS TOUJOURS UTILE

Mais la plupart du temps, la culpabilité est le résultat d’un filtre d’interpretation inutile. Autrement dit il arrive bien souvent que vous vous fassiez du mal pour rien, parce qu’au fond vous ne croyez pas sincèrement à certaines injonctions que vous vous imposez.

 

C’est par exemple quand vous vous sentez coupable d’avoir dit non à votre amie qui vous proposait de sortir ce soir. Vous pensez sincèrement que vous avez le droit de choisir de rester tranquille à la maison. Mais en même temps, vous vous sentez coupable car vous pensez aussi que vous ne lui avez pas fait plaisir, que vous n’êtes peut-être pas une si bonne amie que ça. Mais qui dit que dire non fait de vous une mauvaise amie? C’est le filtre que vous appliquez à la situation par défaut, sans même vous en rendre compte. Et ce filtre suscite en vous un sentiment de culpabilité.

LE MECANISME DE LA CULPABILITE

Ce n’est pas ce que vous faites ou ce que pensent les autres qui créé la culpabilité. Ce sont en fait toutes ces petites phrases que vous vous répétez à vous-même et qui polluent votre esprit qui nourrissent cette émotion.

 

Or, contrairement à d’autres émotions négatives comme la tristesse ou la peur, la culpabilité ne nourrit en général aucune action constructive. C’est un sentiment qui vous bloque, vous diminue, vous éteint – vous ruminez, vous dormez mal. Vous vous sentez nulle et ça ne vous fait pas avancer. 

C’est pourquoi il me semble utile de continuer à explorer ce sujet. Dans les prochains articles, je vous donne des pistes pour mieux appréhender ce qui se passe quand vous vous sentez coupable et comment faire pour en sortir.

BONJOUR

Je m'appelle Jenny.
Je suis life coach et maman de deux enfants.
J’accompagne les working mums à concilier
la carrière de leur rêve
et leur vie de famille avec sérénité et sans culpabilité.
Je vous aide à franchir les obstacles qui vous bloquent avec bienveillance.

COMMENTER: