fbpx

Aujourd’hui, on continue notre mini-série sur la culpabilité. Après avoir parlé de la culpabilité des mamans qui “travaillent trop”, je m’intéresse aujourd’hui aux liens entre perfection et culpabilité.

 

La culpabilité est un indicateur que vous n’assumez pas votre comportement. Vous avez quelque chose à redire de vos pensées, de vos émotions ou de vos actions. Vous n’êtes pas la personne que vous pensez que vous devriez être.

 

Quand cette émotion surgit, demandez-vous pourquoi n’êtes-vous pas en phase avec votre comportement? Est-ce pour de bonnes raisons, des raisons qui ont du sens pour vous ou pas?

L'INJONCTION A LA PERFECTION

Mon expérience personnelle et le travail que je fais avec mes clientes m’a montré que la culpabilité vient souvent de cette injonction qu’on s’impose à soi-même d’être parfaite sur tous les plans : en tant que mère, fille, amie, partenaire, professionnelle, etc.

 

  • Une maman parfaite – présente à tous les instants pour ses enfants, à l’écoute, emphatique et patiente, etc.
  • Une professionnelle parfaite – une carrière à succès, un travail impeccable, une salarié disponible, une entrepreneure engagée, etc.
  • Une partenaire parfaite – présente, à l’écoute, désirable, ayant du désir, etc.
  • Une fille parfaite – qui satisfait ses parents, s’occupe d’eux, etc.
  • Une amie parfaite – qui appelle souvent, qui est là dans les coups durs, qui est de bonne humeur, etc.

LA PERFECTION N'EXISTE PAS

Et vivre tout de front – en additionnant tous les critères de perfection que avez listé pour vous même – est souvent irréconciliable. Parce que les journées ne font que 24h et que vous avez aussi besoin de dormir la nuit. Alors, vous continuez à vous sentir coupable quelque soient les priorités que vous choisissez.

 

Pourtant, s’il y a une chose que j’ai apprise c’est que la perfection n’existe pas. Cocher tous les critères à tous les instants est impossible. D’ailleurs, il n’existe pas de définition universelle de la perfection. Chacun pourrait lister des critères différents. C’est bien donc qu’elle est totalement subjective.

AU DIABLE LA PERFECTION

Alors un bon moyen de sortir du cercle vicieux de la culpabilité c’est d’accepter vos imperfections, vos irrégularités. Tout ce qui fait de vous la personne que vous êtes. Parfaite telle que vous êtes, sans cocher toutes les cases. 

 

Choisissez vos priorités et acceptez les conséquences qui vont avec sans vous flageller. 

 

Tout simplement parce que c’est le plus beau cadeau que vous pouvez vous faire. 

BONJOUR

Je m'appelle Jenny.
Je suis life coach et maman de deux enfants.
J’accompagne les working mums à concilier
la carrière de leur rêve
et leur vie de famille avec sérénité et sans culpabilité.
Je vous aide à franchir les obstacles qui vous bloquent avec bienveillance.

COMMENTER: