Blog

pression au travail

 

La pression au travail est un sujet qui touche de plus en plus de personnes. En effet, l’environnement de travail peut être difficile.  La pression du chiffre sur un marché qui s’essouffle. L’exigence de résultats excellents et rapides. Un manager qui n’écoute pas ou qui vous transmet la pression du n+2. Devoir aller vite, toujours plus vite. Devoir être créatif, toujours plus créatif. Bosser tard et longtemps pour finir à temps pour « délivrer ».

 

La pression est subie

 

Et cet environnement dans lequel on se sent « forcé de… » ou « poussé à… » contribue à créer une émotion de pression. La plupart du temps, on ne choisit pas, on subit la pression au travail. Ainsi, on se sent dépossédé de tout contrôle, victime. Victime de son poste, de ses responsabilités, de son manager ou de ses actionnaires. Et cette position de victime est extrêmement difficile à vivre.

 

La pression peut avoir de graves conséquences

 

Il se trouve que la pression est parfois si forte qu’elle engendre le burn-out, voire même la dépression. Et les conséquences sur la santé peuvent être très graves.

 

C’est un sujet que je connais bien. En effet, j’ai été victime d’un burn-out au tout début de ma carrière. Je pense que j’ai subi une forme de harcèlement moral. J’écris « je pense » car ce n’est pas une circonstance neutre sur laquelle tout le monde pourrait s’accorder. Je ne sais pas ce que la justice pourrait en penser. Je n’ai pas exploré la question. Mais la façon dont j’ai vécu cette situation, dans laquelle je me suis sentie victime impuissante, c’est que j’ai subi une pression intense. Et je choisis consciemment de la définir comme un harcèlement moral pour me rappeler que je ne suis pas prête à accepter ce genre de situations.

 

J’ai eu beaucoup de chance car mon entourage était très à l’écoute et m’a énormément soutenue, surtout mes parents. Ainsi, je suis sortie sans trop de « casse » de ce passage à vide dans ma jeune carrière. Mais cela m’a beaucoup appris sur la pression au travail. Et presque 10 ans après, avec mon oeil de coach, je vois la situation avec encore un peu plus de recul.

 

Petit manuel de compréhension de la pression au travail

 

1 – Votre interprétation des circonstances génère le niveau de pression que vous ressentez

 

Par définition, les circonstances sont hors de votre contrôle. Mais vos pensées et vos émotions et vos actions sont de votre ressort. Quand vous ressentez la pression intensément, c’est en général que vous ressassez des pensées négatives. Elles peuvent être au sujet de ce que vous a dit votre manager, d’une évaluation annuelle, d’une annonce de licenciements, de critiques de vos collègues, d’une demande expresse et tyrannique de résultats, etc.

 

Toutes ces pensées sont le fuel de l’émotion de pression que vous ressentez. C’est pourquoi dans les mêmes circonstances, tout le monde ne réagit pas de la même façon et ne ressent pas le même niveau de pression. 

 

Avec le recul, je peux vous dire par exemple que ce qui m’est arrivé il y a 10 ans ne me ferait pas ressentir autant de pression aujourd’hui. En effet, il en faudrait plus pour que ca m’ébranle parce que mes pensées seraient différentes. Je saurais puiser dans la confiance en moi que j’ai construite avec le temps. Et je n’accepterais pas ce qui me semble en contradiction avec mes valeurs.

 

2 – La pression AU TRAVAIL s’évalue

 

Que vous dit votre baromètre? Quel est le niveau de pression actuel ? Est-ce que cette pression est acceptable pour vous?  Pourquoi la ressentez-vous? Qu’est-ce qui est de l’ordre des circonstances? Et qu’est ce qui est de l’ordre de la pensée? Est-ce que cette pression vous est néfaste?

 

Gagner en clarté c’est vous aider à évaluer la situation plus clairement. Et si la situation n’est pas si dramatique que vous le pensiez, si cette prise de conscience vous aide, si même, vous avez accès à des pensées alternatives, c’est peut-être que vous pouvez maîtriser cette pression.

 

3 – Accueillez la pression et écoutez votre corps

 

Si votre baromètre est au plus haut, c’est un signal à prendre en compte sérieusement. 

 

N’attendez pas que ce soit votre corps qui vous arrête. Soyez à l’écoute de ce qu’il vous dit. Accueillez la pression. Nommez-là, observez-là, jaugez-là. C’est une émotion et une émotion ne tue pas. C’est quand on y résiste, quand on laisse son mental prendre le dessus que les choses s’enveniment. Si votre corps vous dit stop, écoutez-le. Et entourez-vous de personnes bienveillantes et d’un coach ou un thérapeute.

 

Sachez que vous avez toujours le choix. Vous pouvez choisir d’arrêter, là, tout de suite, maintenant. Et vous accorder du temps pour faire redescendre la pression et prendre soin de vous. 

 

COMMENTER: